Le « Gayla » de rentrée